Vivre et incarner le changement

Le changement est notre bête noire à tous.

J’ai beaucoup de mal à croire que nos ancêtres fût des nomades tant cette crainte est universelle. Lorsque j’observe cette obsession qu’à l’animal humain à rester camper sur ses acquis et possessions, j’entrevois la signature d’une souffrance aveugle et sourde.

Déménager, divorcer, perdre un être cher, son boulot ou tout autre évènement déstabilisant peut devenir source d’angoisse et de grande anxiété. Pourquoi amorcer le changement est-il si difficile? Pourquoi la nouveauté peut-elle paraître aussi effrayante?

Au vue des bouleversements qu’il provoque, le changement va très souvent chercher au fond de nous pour nous emmener malgré nous à briser nos résistances. Il est un révélateur de force et où de limite. Il vient nous challenger, nous remettre en mouvement.

Un élément qui rend le changement si impopulaire, est la façon dont il modifie la perception que nous avons des choses. IL nous fait prendre conscience de nos limites. Mets nos émotions en ébullition et nous force à nous regarder en face. Changer c’est se payer un aller simple dans les méandres de notre véritable nature. Une nature mise sous cloche par la sédentarité et notre grand besoin de sécurité.

Désapprendre pour réapprendre

Du changement, nous en avons toujours rêvé. C’est un désir incontrôlable qui est au dessus de nos forces. La seule question est,  avons-nous le courage et la volonté nécessaire pour pouvoir nous lancer?

Il faut une sacrée dose d’énergie pour oser s’opposer à l’illusion de la sécurité, à celui du bonheur et de bien d’autres utopies.

Il nous est sûrement plus facile de vivre dans un état d’évitement, de diversion en tout genre afin éviter de nous perdre dans le chaos du changement. Le bruit ambiant du quotidien masque nos préoccupations, nous rassure. Le fait de nous sentir en permanence impliqué et occupé nous donne l’excuse que nous n’avons pas assez de temps pour nous occuper de nous et de ce qui nous préoccupe réellement.

Il vient alors un jour où notre soi, fatigué de nous voir tourner en rond, de s’illusionner sans cesse nous force à agir.

Oser le changement, c’est oser se dépouiller de la tête aux pieds. C’est saisir notre courage afin de faire face au vide, à notre vide intérieur. Se dire en toute honnêteté que nous ne savons rien, que nous ne sommes personne, que nous ne possédons rien.

se laisser aller au changement, c’est enfin accepter de s’alléger. Lâcher prise sur tout ce que nous croyons contrôler d’où le désapprendre pour réapprendre.

Se poser la question existentielle de qui suis-je finalement?  Mes possessions? mes titres? mes statuts? Ces questions traitent du sens de notre l’existence et des concepts qui l’entourent.

Ces questions s’imposent généralement en nous lorsque les temps sont difficiles.

Il est possible de vivre le processus du changement dans la douceur. Il est pour cela essentiel de prendre conscience du seul endroit où l’on seras accueilli sans jugement avec compassion; notre SOI.

La fameuse et difficile remise en question

La remise en question est l’un des points central, un passage quasi obligatoire pour amorcer un changement . C’est d’ailleurs la seule solution qui permet d’éviter la casse. Car, culpabilité et autres émotions incommodantes vont se constituer pour nous déstabiliser.

Afin d’espérer un vrai changement, nous devons nous entraîner sans relâche tel un guerrier afin de nous défaire de la culpabilité qui nous mine. Prendre en compte nos peurs, les accepter sans condition. Faire face à nos fragilités, nos limitations qui, malgré les apparences ne sont que mirages et illusions. Ces mirages peuvent être transformés en force si on décide de les accueillir avec bienveillance. Il pourra en découler de la lucidicité une mise en mouvement qui va nous permettre de prendre la pleine responsabilité de notre changement.

La remise en question permet d’accueillir  avec douceur notre petite nature, ce qui fait de nous des humains. De prendre conscience que chaque expérience est une pépite. S’appuyer sur ces pépites pour continuer à apprendre pour pouvoir grandir.

La force de nos expériences

Quelles soient positives ou négatives, nos  expériences sont la somme de nos succès et de nos réalisations. Nous pouvons nous inspirer de ces dernières comme un fard qui nous éclaire par temps de brouillard.

Notre détermination ne fera que s’accroître à chaque fois que nous ferons face au chaos qu’entraînement le changement. C’est effrayant au début je l’accorde, mais avec un peu d’entraînement, on fini toujours par trouver ça stimulant et même passionnant.

Il arrive un moment dans la vie où il devient essentiel de vivre des expériences nourrissantes. D’expériences qui correspondent à nos aspirations. Des aspirations qui nous permettent de tendre vers notre idéal.

On oublie souvent d’être là pour nous-même dans un monde peuplé de plusieurs milliard d’habitants. Nos expériences sont la somme de nos richesses. nous pouvons partager ces pépites avec les autres règnes. Inspirer chez eux le désir de se redécouvrir, se transformer, changer.

Le changement apporte le déclin si on lui résiste et du renouveau si on lui fait confiance.

https://www.joeyoukou.com/apprendre-a-prendre-soin-de-soi-cest-aussi-grandir/