La révolution des gentils.

A l’heure ou l’humanité vit un désenchantement collectif au niveau économique et identitaire, on pense aujourd’hui et à tord que gentillesse rime avec mollesse. Qu’elle est has been.

Pour réussir dans notre super monde (démon) aujourd’hui il faut ruser, user de la force, afficher une ambition ravageuse et malsaine, piétiner, mépriser… or la gentillesse à toujours été une état d’être qui à fait ses preuves, un état qui permet de se construire, d’évoluer et d’être plus productif.

Gentillesse rime avec grâce et ouverture.

La personne gentille est une personne qui a gardée toute sa saveur et son âme d’enfant. A première vue elle semble naïve, faible impuissante et même inconsciente. C’est juste une fausse impression.

Non! Je qualifierai le gentil plutôt comme un héros un empathique des temps modernes qui prend SOINS de lui pour mieux prendre soins des autres.

Il prévient les conflits, traite et règle efficacement les difficultés de manière constructive. Il ose dire NON! ne fricote pas avec le conformisme et inspire la confiance.
Et c’est d’ailleurs pour cette raison qu’il peut se retrouver dans des situations inextricables dans lesquelles il finit toujours par se défaire avec brio la tête haute et beaucoup de fierté.

Son regard décalé fait partie de lui et est l’un de ses plus beaux atouts.

Il aborde toujours «l’autre» avec un a priori positif jusqu’à preuve du contraire. c’est aussi pour cette raison qu’il a ce regard décalé sur notre société polluer par toutes sortes d’injustices.
La gentillesse est une force intérieure, une lumière et un pouvoir caché que celui qui en possède doit partager et propager autour de lui.

Les gentils aujourd’hui tout doucement s’assument, se montrent et s’aiment.
Ils comprennent la nécessité de se montrer et comptent bien faire leur révolution. Une révolution saine et pacifique, a leur image qui prône la paix, la justice et le respect de l’autre dans sa singularité.
Une révolution qui vise à la transmission, la facilitation et la transformation discrète mais sûrement de notre (démon) Monde.

« La gentillesse n’est pas un geste c’est un art de vivre » Anthony Douglas.